La ville de Détroit : une ville qui rétrécit

Publié le

Voici une carte des lieux de tournage des séries américaines. Voyez quelle place occupe Détroit par rapport à New-York ou à sa voisine Chicago

Voici la bande annonce d'une série américaine tournée à Détroit : Détroit 187

L'objectif est de voir si cette vision de Détroit est réaliste ou pas.

Pour cela nous allons tout d'abord voir pourquoi on la surnomme "La ville qui rétrécit".

La ville de Détroit : une ville qui rétrécit

 

Ville de Détroit (nombre d'habitants)

Aire métropolitaine de Détroit (nombre d'habitants)

1960

1 800 000

3 900 000

2000

951 000

4 400 000

2010

713 000

4 300 000

2013

691 000

4 290 000

Source F Paddeu, « Faire Face à la crise économique à Détroit » : L'information géographique, 2012

 

Aire métropolitaine : une agglomération centrale et ses périphéries qui lui sont liées.

L'exode des Blancs a explosé dans les années 1950 et 1960, après que des tribunaux eurent refusé des mesures entraînant la ségrégation en matière de logements. Ce fut ensuite au tour des classes moyennes, aussi bien blanches que noires, de fuir la criminalité des quartiers défavorisés et fortement touchés par le chômage. La périphérie proche voit sa population noire augmenter, les jeunes ménages recherchant la sécurité, la stabilité et de meilleures écoles. A mesure qu'ils s'en vont, les énormes problèmes socio-économiques deviennent de plus en plus insolubles. Si la plupart des centres urbains pâtissent de quelques « mauvais » quartiers, la métropole du Michigan, elle, en compte peu de « bons », et cela se détériore rapidement avec l'exode de la classe moyenne.

 

S. Martelle, « Il faut sauver Détroit », Los Angeles Times, le 7 avril 2011

 

John travaillait à l’usine automobile General Motors, celle qui employait à l’époque 30 000 personnes et qui n’en emploie plus que 5 000 aujourd’hui, et où beaucoup de machines ont remplacé les ouvriers.


« Ah, ce n’est plus comme avant, non. Les usines de production sont parties, dans le Sud, au Mexique, et en Chine. Ici il ne reste plus que les fonctions de conception (= création), et encore, elles sont en banlieue, pas à Détroit. »


D’après MD Florentin et F Paddeu, « le déclin au quotidien »Urbanités, 8/11/13

 

[…] Detroit était le berceau historique de l’automobile. Depuis, les capitaux ont migré de l’autre côté de la planète à la recherche de bras moins chers, les usines ont fermé, un quart de la population a fui au cours de la dernière décennie, près des deux tiers depuis les années 1950.

D’après Pierre Rimbert, le monde diplomatique, 2011

 

Détroit les chiffres de la crise :
– La ville est endettée à hauteur de 20 milliards de dollars. Cela représente plus de 25.000 dollars par habitant

-En 1950, la ville offrait 296.000 emplois dans l’industrie. Aujourd’hui, il y en a moins de 27.000 ;
– Près de 78.000 maisons de la ville sont abandonnées ;
– Environ un tiers de l’ensemble de l’agglomération (362 kilomètres carrés) est inhabité ou en ruines ;
– Moins de la moitié des habitants de Detroit âgés de plus de 16 ont actuellement un emploi ;
– 60% des enfants de la ville de Detroit vivent dans la pauvreté ;
– Le taux de criminalité violente est 5 fois plus élevé à Detroit que la moyenne nationale ;
– Le taux d’homicides de Detroit est 11 fois supérieur à celui de New York ;
– La criminalité est telle à Detroit que même la police avertit les visiteurs qu’ils « pénètrent à Detroit à leurs propres risques ».

https://fr.express.live/2013/07/23/25-faits-sur-la-ville-de-detroit-qui-vous-ebranleront-exp-193407/

Vers un renouveau ?

Commenter cet article